Économie

Ma vision de l’économie

L’économie est d’abord et avant tout au service de la qualité humaine de la vie. En fait, elle n’a pas pour but l’augmentation d’indices abstraits. Mais elle vise à la croissance de l’homme et du bien commun. Il apparait que notre modèle économique et social français a perdu de vue ces objectifs.

Programme Ecologie @PhMadoumier #législatives2017 #Circo8702 D’une part, l’État régalien croule aujourd’hui sous le poids d’un État Providence. D’autre part, il est incapable de protéger les plus démunis et d’assurer notre développement économique.

En conséquence, notre pays s’enfonce inexorablement dans une spirale de déclin, malgré une conjoncture favorable dont nombre de pays parviennent à tirer profit .

Les pays modernes avancent à l’aide de deux moteurs et ils sont clairement identifiés. Le premier est composé de la liberté et de l’innovation et il  crée la richesse nationale. Le second associe la justice et l’égalité. Il  mobilise une partie de cette richesse nationale au service du bien commun. C’est par exemple, l’éducation et la protection sociale. Mais aussi la sécurité et la santé.  Sans oublier les services publics et l’environnement. Mais il ne fonctionne correctement que si le premier l’alimente en énergie.

La transformation digitale :

Le développement fulgurant de l’économie collaborative est soutenue par un excellent équipement numérique du territoire et une attente forte. Pourtant il peut détruire des emplois salariés et les consommateurs sont parfois déçus par l’offre existante.

Ce nouveau modèle est porteur de croissance et les enjeux pour notre économie sont importants.

Par conséquent, il est nécessaire de clarifier nos règles fiscales pour que ces activités contribuent équitablement aux prélèvements.

De plus, il importe d’articuler notre modèle social autour d’une convergence des droits sociaux pour tous les actifs.

En conclusion, nous devrons refondre notre code du travail pour le rendre plus compatible avec les nouvelles formes de travail émergentes.


Vous partagez notre vision de l’économie ?

Vous n’êtes pas d’accords, vous voulez en débattre.

Contactez-moi pour en discuter !


Mes propositions :

  • Créer les conditions économiques propices pour rompre avec les mécanismes de l’appauvrissement continu.
  • Réhabiliter et mobiliser les forces de travail et de création de valeur.
  • Renforcer les dispositifs d’incitation à l’investissement direct dans les entreprises pour assurer le financement de leurs croissances.
  • Favoriser l’innovation par l’éducation car elle participe au rayonnement de la France dans l’Europe et dans le Monde.
  • Mettre en œuvre une véritable politique d’intelligence économique pour préserver, valoriser et développer nos idées, nos savoir-faire  et nos brevets.
  • Mettre en œuvre une Politique Maritime ambitieuse et à la hauteur du domaine maritime Français qui est le deuxième plus vaste du monde. Car c’est un atout majeur mais oublié. Avec par exemple :
    • Déjà, augmenter significativement nos investissements destinés à exploiter notre plateau continental.
    • Ensuite, orienter la recherche dans les techniques de localisation et d’exploitation des métaux stratégiques indispensables au fonctionnement d’une économie moderne.
    • Enfin, planifier la construction de ports attractifs et compétitifs sur l’ensemble du domaine maritime.
  • Concentrer des financements sur les startups les plus prometteuses et faire émerger des licornes française capables de jouer un rôle majeur en Europe et dans le Monde.
  • Mettre un terme aux logiques mécaniques et globales d’aide de l’État et valoriser l’échelon local.
  • Tester le vote obligatoire sous peine d’amende reversée à une association caritative reconnue d’utilité publique.

Pour le Travail :

  • Entrer dans une logique de protection du ou de la salarié(e) plutôt que de l’emploi.
  • Définir des mécanismes d’arbitrage au niveau des entreprises et non des branches ou des secteurs.
  • Valoriser une négociation féconde qui participe de la compétitivité et empêche les blocages pour ouvrir la voie à une remise en cause de la durée légale du travail au profit d’une durée par branche.
  • Relâcher les entraves  à la liberté d’embaucher.
  • Fixer l’objectif à moyen terme d’étendre et de sécuriser les modalités de résiliation des contrats de travail pour motif économique.
  • Réintroduire les 39 heures dans les Fonctions Publiques.
  • Supprimer la durée minimale de 24 heures des contrats à temps partiels et  revoir les dispositions relatives à la rupture du CDI.
  • Supprimer le monopole syndical de présentation des candidats aux élections professionnelles et permettre la tenue de référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur.
  • Adresser les ressources destinées aux emplois aidés à l’apprentissage et la formation pour créer une insertion professionnelle véritable.
  • Favoriser le dialogue entre les entreprises et le système éducatif pour identifier les besoins immédiats et futurs afin de proposer beaucoup plus tôt les filières professionnalisantes.
  • Rendre possible et accessible l’apprentissage  à tous les stades du cursus de la formation scolaire.
  • Investir plus largement dans les formations supérieures courtes. Car elles offrent une capacité d’ insertion sur le marché du travail plus rapide et plus aisée.
  • En parallèle, instaurer l’obligation légale pour les établissements d’enseignement supérieur de publier les statistiques sur les taux de placement de leurs formations.

Pour la Fiscalité

  • Refondre la fiscalité du capital pour faciliter le mutation de épargne française, massive mais peu productive, vers l’investissement dans les entreprises.
  • Faire porter davantage les prélèvements obligatoires par les impôts assis sur la consommation et moins sur ceux dégradant les marges des entreprises. Car actuellement ils sont trop supporter par les impôts sur la production et les cotisations sociales .
  • Réduire progressivement le taux de l’impôt sur les sociétés à 25% pour l’aligner sur le niveau moyen de nos voisins européens.
  • Supprimer l’ISF et développer des compensations fiscales pour alimenter les associations.
  • Favoriser l‘entrepreneuriat par l’investissement des capitaux privés dans l’économie.
  • Réformer les droits de succession et de donation. Ils sont responsables de nombreux départs à l’étranger et ils freinent considérablement la fluidité des transmissions d’entreprises.
  • Alléger drastiquement les charges sociales et fiscales qui pèsent sur les PME et sur les artisans. Ils sont les  principaux acteurs du dynamisme économique des zones périphériques.
  • Engager la France dans l’agro-écologie qui est créatrice d’emplois et génère du lien social car c’est une source de revitalisation pour nos campagnes.
  • Rendre l’impôt sur le revenu obligatoire pour tous. Même sous une forme symbolique mais pour matérialiser l’appartenance de chacun à la vie citoyenne et aux obligations qui lui sont liées.

Pour le Social :

  • Développer une économie sociale et solidaire au niveau local.
  • Les aides destinée à mettre un terme à la situation de détresse devrons pourtant être compensées par une contrepartie concrète.
  • Le revenu du travail ne doit jamais être inférieur au revenu de l’aide apportée.
  • Créer une allocation sociale unique gérée par un guichet et un dossier unique.
  • Faciliter la décentralisation des dispositifs d’aide à un niveau local qui est le plus pertinent.
  • Améliorer le suivi de la situation de l’ayant droit.
  • Lutter contre la fraude et les abus.
  • Revoir et améliorer le fonctionnement du fichier national unique et en premier lieu croiser les données des différentes caisses.

Vous pouvez m’aidez à faire avancer ces propositions économiques !

Faites un don pour me soutenir