L’éducation

Ma conception de l’éducation

Dans la même ambition de protéger et d’élever les plus petits, l’enseignement et l’éducation sont au cœur de mes préoccupations pour la France.

La IIIe République nous a légué un précieux héritage scolaire. Il offre à tous ses enfants, sans exception, une instruction exigeante et un cadre scolaire.

Programme Education @PhMadoumier #législatives2017 #Circo8702

 

Mais depuis quelques décennies, les coups de boutoir qui lui ont été portés ont tant fissuré l’école que ses fondations mêmes sont fragilisées.

De plus le pédagogisme dénigre la transmissions des savoirs fondamentaux et la mission du professeur.

D’ailleurs la liste des maux qui rongent notre système éducatif est bien connue :

  • Comme la suspicion à l’égard de notre culture et de notre civilisation.
  • Ou encore la déconstruction des matières et des cycles d’apprentissage.
  • Sans oublier les atteintes à la sanctuarisation de l’école.
  • Mais aussi le sentiment d’abandon des enseignants.
  • Également les difficultés de recrutement, d’affectation, de remplacement etc ….

Je pense que nombre de ces maux viennent d’une centralisation et d’une bureaucratisation excessive du système éducatif, au détriment des acteurs locaux.

L’Éducation Nationale :

La Cour des comptes pointe régulièrement une gabegie humaine et financière. Personne n’est en mesure d’assumer ses responsabilités :

  • Les parents ne peuvent pas choisir l’établissement où inscrire leur enfant. Alors ils sont enclins à se comporter en consommateurs d’école.
  • Les professeurs ne décident pas leur lieu d’affectation. Donc ils n’adhèrent pas forcément au projet éducatif censé les mobiliser.
  • Les chefs d’établissements ne choisissent pas leur équipe pédagogique. En conséquence ils ne peuvent donc être véritablement garants de la réussite des élèves qu’ils accueillent.

Enfin, je veux une école plus libre dans ses moyens et comptable de ses résultats. Mon programme présente mes propositions pour l’école.

Le Ministère de l’Éducation Nationale doit voir son rôle d’opérateur évoluer vers un rôle d’accompagnateur et de certificateur.

Enfin, à mes yeux, nous avons laissé notre culture s’effondrer  alors la barbarie c’est réapparue parmi nous.

C’est pourquoi  j’estime urgent de redonner à nos enfants les armes intellectuelles qui leur permettront de devenir libres, de s’épanouir et de trouver leur juste place au sein d’un héritage culturel commun.


Vous partagez ces convictions sur l’éducation ?

Vous n’êtes pas d’accords, vous voulez en débattre.

Contactez-moi pour en discuter !


Mes propositions :

  • Réorienter l’ investissement éducatif vers le niveau du primaire pour mettre en œuvre une politique claire et mesurable. Avec pour objectif qu’aucun enfant ne se présente en 6e sans savoir lire, écrire et compter correctement.
  • Supprimer les Enseignements de Langue et Culture d’Origine (ELCO).
  • Responsabiliser les acteurs locaux car ils sont plus au fait des besoins des élèves. Ainsi amoindrir  le poids des services centraux.
  • Donner une plus grande initiative des chefs d’établissement dans :
    • la définition de leur projet pédagogique.
    • le recrutement des enseignants.
    • les horaires.
    • la gestion du budget.
  • Pour répondre au mal-être des enseignants :
    • Déjà, reconnaitre la transmission du savoir comme le cœur et la dignité du métier d’enseignant.
    • Ensuite faciliter les changements d’établissement.
    • Enfin revaloriser les salaires, notamment en ZEP.
  • Prioriser l’affectation des enseignants les plus aguerris dans les zones sensibles. Pour éviter d’y envoyer des jeunes enseignants sans expérience.
  • Viser à l’épanouissement de chaque talent.
    • Instaurer le collège différencié. C’est à dire, toujours accueillir tous les élèves mais différencier les parcours.
    • Préparer les élèves vers l’enseignement professionnel et l’apprentissage dès 14 ans.
  • Réformer l’enseignement supérieur pour remédier aux échecs de parcours.
    • Déjà avec une meilleure orientation des élèves durant le lycée.
    • Ensuite, en finir avec la gratuité des frais d’inscription pour responsabiliser les étudiants.
    • Puis instaurer une sélection à l’entrée de l’Université et développer des filières courtes (STS, IUT).
    • Enfin, lutter contre les excès de concentration dans les filières sans débouchés.
    • Sans oublier de sanctuariser les humanités.

Pour l’école libre :

  • Respecter le libre choix des parents en ne remettant pas en cause l’enseignement libre.
  • Enfin garantir la liberté pédagogique des établissements hors-contrat pour stimuler la réforme du système éducatif dans son ensemble.
  • Adresser des subventions publiques pour favoriser l’essaimage des écoles libres. Car elle assurent une mission de service publique et d’intégration.

Vous pouvez m’aidez à faire avancer ces propositions sur l’éducation !

Faites un don pour me soutenir.